Libéralisme

Le libéralisme est une doctrine de philosophie politique qui affirme la garantie des droits individuels contre l’autorité arbitraire d’un gouvernement ou contre la pression de groupes particuliers.

Le libéralisme est réduit à tort au simple libéralisme économique, et ce mot est largement diabolisé par ignorance. Il est utilisé pour désigner les système de connivence entre les grands industriels et l’Etat alors même que le libéralisme s’oppose aux monopoles économiques, à la main-mise par les partis, les syndicats et les lobbies.

Face au gouvernement, la séparation des pouvoirs est un garde-fou d’origine libérale.

Face aux groupes privés, le libéralisme promeut l’initiative privée et la libre concurrence.

Les anti-libéraux clament à tort que les riches sont libéraux et favorisés par le libéralisme, alors que cela fait bien longtemps que la majorité des riches est favorable à la surtaxation : ayant fait fortune dans des pays avec peu ou pas d’impôts, les grandes fortunes sont ravies de pouvoir éliminer la possible concurrence en multipliant les taxes parasitaires sur le travail de ceux qui lancent leur affaire aujourd’hui malgré une taxation comme jamais dans l’Histoire on n’en a connue.

Le libéralisme est à l’extrême opposée du totalitarisme, de l’interventionnisme, de la dictature.

Le courant libéral existe depuis bien longtemps en Europe, comme en témoignent les chartes médiévales telles la Magna Carta qui énoncent les droits individuels fondamentaux que le souverain se doit de respecter.

Le libéralisme blanc pourrait se définir par la question : “Pourquoi enlever des droits aux personnes intelligentes et responsables sous prétexte que ça pourrait nuire à des idiots et des irresponsables ?”